Blog de l'orchestre fcom http://www.groupefcom.com dcffdcfojknjnlknlknlknmlknmlnmlnmnmmlnmln Le Choix de l’animation : Point crucial d’un mariage réussi !
http://www.groupefcom.com/blog/choix-animation-mariage-reussi-3.html

Votre mariage est et sera une belle journée durant laquelle vous aurez à cœur de raconter à vos convives une belle histoire. Mais c’est à vous de lui donner un rythme, des nuances, une mouvance dynamique, avec pour cela une animation à la hauteur. 

Les grands films ont toujours de belles musiques !

Une cérémonie pleine d’émotion touchera et marquera vos invités si elle est accompagnée de belles chansons elle fera échos à tous. Votre vin d’honneur, ouvrira les portes aux festivités si les invités s’y détendent et échangent autour d’une ambiance chaleureuse. Et votre soirée de mariage ne pourra être réussie que si tous se retrouvent et se sentent concernés par une animation valorisante et entrainante. 

Pour réunir tous ces points l’animation est la clef ! 

Quelles options s’offrent aux futurs mariés ! 

Vous pouvez opter pour un DJ comme la majorité des futurs mariés mais un mauvais choix de prestataire peut vite transformer votre mariage en fête foraine ou en discothèque impersonnelle. 

De plus, de nos jours où tout est informatisé, numérisé, où une place pour un concert est un luxe plus une sortie banale, le choix de l’orchestre ou du groupe de musique est le must absolu ! 

De la musique live, assura à votre mariage une note d’élégance et fera que votre mariage aura une personnalité inoubliable et marquera à coup sûr l’esprit de vos convives ! 

La qualité de l’orchestre et de ses musiciens est PRIMORDIALE ! Et l’avantage number One c’est qu’en live le primordial est facilement vérifiable pour éviter toutes surprises le jour J ! 

Comment bien choisir son orchestre ou son groupe de musique fera l’objet d’un article prochainement ! 



Comment sonoriser une batterie en live
http://www.groupefcom.com/blog/comment-sonoriser-une-batterie-en-live-2.html

Sonoriser une batterie est souvent un casse-tête pour beaucoup de personnes, quels micros attribués aux différents fûts, de combien en ai-je besoin, compresser ou non, beaucoup de questions reviennent, pas de panique!!!

 

La batterie 

 

Avant même de placer un micro, il faut comprendre que la batterie doit être bien réglée, car se dire , arff, pas grave je vais arrangé ça avec la table de mix, est une mauvaise idée.

Il faut déjà que les peaux des fûts soient bien réglés au niveau tension, harmonique et résonance, la batterie doit déjà sonner à la base, ce n’en sera que plus facile après, normalement le batteur doit savoir le faire, ce n’est pas toujours le cas.

il est évident aussi que le son de la batterie va dépendre aussi, si nous avons à faire à du haut de gamme ou du bas de gamme, mais même avec du bas de gamme si elle est bien réglée on peut faire de belle chose.

 

Les micros

 

Ils existent un certain nombres de micros et de marques, que choisir dans tout ça?

Il y a des références qui sont reconnues et qui ont fait leurs preuves, cela peut vous aider dans votre choix, pour de la scène on va prendre plutôt des micros du types cardioides pour chaque éléments et pour les overheads du types électro-statiques.

Il faut choisir de bons micros qui vont vous donner un spectre riche en fréquence, il en sera plus facile au mixage d’avoir toutes les fréquences voulues que d’en manquer, ceci est important.

Prenons la marque Shure comme exemple, deux micros qui ont bonne réputation sont le Béta sm91 qui se place simplement dans la grosse caisse et le bêta 52a, ils sont destinés à la grosse caisse car riche dans le bas du spectre et optimisé dans le haut pour capter la batte. 

A l’inverse chez Shure vous avez la série PG, aie aie aie, c’est attractif au niveau tarif, fait pour les petits budgets, mais alors quel déception à tous les niveaux, spectre, pression acoustique, etc…

Il vaut mieux attendre un peu pour s’acheter un micro de bonne qualité que d’en prendre un à petit budget qui va sonner comme de la mer….avec lequel vous n’obtiendrez pas le résultat voulu.

 

Quelques exemples de micros avec un bon rapport qualité prix :

 

La grosse caisse : 

- Shure (beta sm91 et beta 52a) Excellent le sm91 riche, clair et précis, le 52 sonne un peu plus dur.

- Audix (D6) Excellent, son clair et précis, agréable à entendre.

- Electro voice (RE 20) Jamais entendu mais très utilisé, et si vous avez les moyens.

- AKG (D112 et D12) C’est une affaire de goût, beaucoup de rondeur dans le bas du spectre, moins dans le haut.

 

A proscrire : les séries du genre PG de shure et Prodipe.

 

La caisse claire :

- Shure (Le fameux sm57)

- Audix ( Le i5 qui n’est autre qu’un sm57)

Ce sont des micros pas cher, mais qui vous satisferont amplement.

il n’est pas interdit de mettre des micros électro-statiques, mais ce n’est pas le même budget, et très franchement pour la plupart d’entre nous qui veulent sonoriser leurs propres groupes, ça ne sert à rien de mettre aussi cher.

 

Les toms :

- Sennheiser ( le Md 421, excellent micro pour les toms mais budget conséquent, le E604 est bien aussi et moins cher)

- Shure (le sm57)

- Audix (D2 et D4 très bon son aussi, clair et précis)

 

Les overheads :

Il faut des micros électro-statiques pour capturer le son global de la batterie, ils offrent plus de détails dans le son et nécessitent d’avoir une alimentation fantôme 48 volts, mais la encore beaucoup de micros sur le marché.

Les overheads sont les plus importants dans le son de la batterie, la restitution du son global dépend d’eux.

Je peux en citer quelques uns à bon rapport qualité prix, car cela peut monter très très haut… 

- Audix (ADX51)

- AKG (C451B)

- Shure (SM81)

 

Je n’ai pas cité de micro dans les marques comme neumann, royer, etc…car très cher, non le but est plutôt de vous dire, qu’avec un budget moyen, on peut avoir une grande qualité de son, rien ne sert de même cher pour avoir un bon résultat, mais il ne faut pas prendre non plus les bas de gammes comme PG de chez Shure ou Prodipe, c’est sûr c’est attractif.

Les micros cités ont fait leurs preuves, et donneront entièrement satisfaction.

 

Le mixage de la batterie

 

Il est temps de mixer les pistes de notre batterie.

Dans un premier temps nous demandons au batteur de jouer la grosse caisse, vous allez ajuster le gain, alors attention, bien souvent le batteur ne donnera pas l’énergie qu’il aura au bout de 1/2 heure de jeu, donc par précaution laissé au moins 6 à 8 db de marge avant d’atteindre le 0 db, surtout avec une table numérique.

Si votre table le permet un noise gate sera le bien venu pour couper un peu de résonance et le bruit environnent des autres éléments.

Une petite compression sera la bienvenue aussi, pour maîtriser la dynamique.

Faîte de même pour chaque élément de la batterie

 

L’égalisation

 

Une fois ces étapes réalisés, je vous écris un paragraphe à part pour ce sujet qui est l’égalisation, afin de rentrer plus dans le détail.

l’égalisation est importante, vous allez sculpter le son.

La méthode la plus simple est de rechercher les fréquences à laquelles répondent chaque éléments de la batterie, en effet vous n’aurez pas la même réponse en fréquence avec une dizaine de grosse caisse différentes, la dimension des fûts, la matière, etc.. vont rentrer en compte.

Par conséquent je vais vous donner quelques conseils pour chaque éléments

 

- La grosse caisse : 

Si votre table de mixage le permet, enclenchez un filtre à 30 hertz, booster le grave de 6 db environ en balayant le spectre  entre 50 et 140 hertz, écoutez, et fixer la fréquence à laquelle répond la grosse caisse, faîte de même dans le haut du spectre entre 2500 et 8000 hertz pour fixer la frappe de la batte, ensuite creuser aux alentours entre 300 et 600 hertz pour enlever le côté cartonneux.

 

- La caisse claire :

Enclenchez un coupe bas à 80 hertz, booster comme pour la grosse 6 db environ en balayant le spectre entre 80 et 250 hertz et le haut du spectre entre 2500 et 12000 hertz. il est préférable de prendre un shelving pour les hautes fréquences si la table le permet..

 

- Les toms : 

 Même principe enclenchez un coupe bas entre 40 et 80 hertz suivant le tom, rechercher sa fréquence entre 60 et 120 hertz, pour le haut du spectre entre 2500 et 5000 hertz, et réduire le côté cartonneux entre 300 et 600 hertz. Un gate sera le bienvenu en amont.

 

- Les overheads : 

 Enclenchez un coupe bas à 80 hertz, réduisez les fréquences de la caisse claire un peu, et mettez un léger boost vers les 12000 hertz

 

Bien sûr ne boostez pas forcément toutes les fréquences, si il n’y en a pas besoin…il n’est pas rare de les couper plutôt que de les booster, il faut avoir un son global homogène propre et clair.



Comment supprimer le larsen avec un micro en live
http://www.groupefcom.com/blog/comment-eviter-le-larsen-avec-micro-1.html

Le larsen, un ennemi dont on aimerait se passer en situâtion de live, rien de plus désagréable que d’entendre un larsen pendant que l’on joue un morceau.

C’est quoi un larsen?

Le larsen appelé aussi feedback en anglais est un phénomène physique, lorsqu’un microphone est placé à proximité d’ un haut-parleur, le micro capte le son de celui-ci et par conséquent le retransmet à nouveau dans l’amplification, et cela crée une boucle.

La fréquence du larsen va dépendre de la distance entre le micro et l’enceinte, mais aussi de l’acoustique de la pièce, de la qualité de votre matériel, de la direction de vos enceintes.

Il peut se produire un larsen à n’importe quelle fréquence, suivants tous ces paramètres.

L’acoustique de la salle à t’elle une influence?

Malheureusement oui, vous n’aurez pas le même son dans un bistrot avec du carrelage au sol, des vitrines, etc. et un endroit avec moquettes et rideaux.

Entrez dans la salle claquez des mains et vous aurez déjà une idée de la résonance de celle-ci, réverbe, aigües, etc..

Toutefois, il existe des tables numériques comme chez presonus à partir d’une certaines gammes qui proposent, une analyse de la pièce, d’autres appareils proposent aussi cette analyse, moi j’en possède une et cela s’avère bien pratique.

Pour cela il faut un ordinateur ou tablette, et un micro de mesure, dans la table presonus il y a un logiciel qui va créer un bruit rose, (envoyer du souffle) dans vos enceintes, placer votre micro de mesure devant l’enceinte, il va en résulter une courbe de fréquence sur l’écran, qui montrera les défauts de la pièce, avec des bosses dans les graves ou aigües ou medium, négatif ou positif.

Le but est d’avoir une courbe la plus plate possible, la presonus met à disposition un égaliseur 4 bandes paramétriques afin de corriger grossièrement les défauts de la pièce, il est évident qu’il faut commencer par cela avant d’installer et balancer le groupe..

La pièce aura une influence évidente aussi sur le larsen…

Que faire dans un premier temps?

Avant d’utiliser des anti-larsens et autres appareils destructeurs de son, il faut déjà bien placer les micros et enceintes, ainsi que les retours de scènes.

Et cela commence par le type de micro que vous avez, en effet, vous avez des micros du type cardioide, hypercardioide, omnidirectionnel, etc…

En général, le cardioide et l’ hyperdardioide sont utilisés pour la scène.

Quel est la différence entre cardioide et hypercardioide?

Un micro cardioide va capter le son devant et plus ou moins les côtés, un hypercardioide va avoir les mêmes caractéristiques mais captera en plus derrière comme l’image le montre ci-dessous.

diagramme micro cardioidediagramme micro hypercardioide

C’ est donc essentiel de savoir à quel type de micro nous avons à faire, car vous placerez vos retours de scènes en fonction de cela.

Vous l’aurez compris on placera le retour derrière pour un cardioide, et pour l’ hypercardioide sur les côtés, là ou le micro est le moins sensible pour capter le son.

Dans un second temps?

Quand votre installation est prête, que tous vos micros sont placés, vous commencez les balances, vous montez le son général et vous commencez à entendre un larsen prêt à venir, et vous vous dîtes je n’ai pas assez de volume sonore que déjà un larsen se fait sentir…que faire?

Eh bien il va falloir jouer sur les fréquences aux balances, souvent on égalise chaque tranche en positif, on rajoute des aigües à outrance etc..c’est ce que l’on fait dans les débuts, mais avec l’expérience, il est préférable de nettoyer les fréquences qui rendent le son sourd, empâté.

Si vous nettoyez ces fréquences, cela va clarifier votre spectre général et laisser entendre le haut du spectre, que sont les aiguës, sans avoir boosté celles-ci.

Comment nettoyer les fréquences indésirables?

Pour le chant par exemple, on enclenchera le filtre de coupure de 80 hertz ou 100 hertz fournit suivant la table de mixage que l’on dispose, car ces fréquences ont très peu d’intérêts pour le chant et clarifient déjà le son, ensuite on va s’occuper des fréquences se situant entre 120 et 350 hertz, booster de plus 6 db et balayer le spectre entre ces deux fréquences, écoutez la fréquence qui vous semble un peu sourde, pâteuse, pas belle, une fois que vous l’avez trouvé, réduisez le gain, pas plus de 6 db, ce qui est déjà assez conséquent, si vous disposez d’un facteur Q réduisez la largeur de bande.

Ecoutez déjà avec ces petits réglages, la clarté du son ,sans avoir boosté les aiguës, si le son manque de corps, de puissance après ce nettoyage, booster un peu les graves.

rajoutez ensuite avec parcimonie des aigües.

Avec ces réglages vous avez gagné quelques db à monter.

Technique avec un égaliseur à bande et anti-larsen

La dernière chose est d’avoir deux égaliseurs mono 31 bandes en sortie de table avant amplification, un pour le côté gauche et un pour le droit, ou bien une table numérique qui propose déjà dans son routing interne des égaliseurs 31 bandes. De même qu’il est préférable d’en avoir un aussi pour chaque retour.

Le principe va être d’augmenter le général jusqu’à ce qu’un début de larsen se fasse entendre, on arrête donc d’augmenter le général, et nous allons commencer à booster une par une les bandes de notre égaliseur à +6 db, et repérer celles qui provoquent un larsen, une fois trouvé on les diminuera, ainsi on gagnera encore quelques db en sortie général.

Ne pas trop en abuser, car on détruit le son quand c’est pratiqué à outrance.

Des appareils existent sur le marché, les anti-larsens, qui vont s’occuper automatiquement de couper les fréquences, plus ou moins de bonne qualité, il faut vraiment qu’il soit de qualité et que les fréquences coupées soient très étroites.

On fera de même pour chaque retour de scène. 

Egaliseur 31 bandes